Des tuyaux en béton armée. C’est la solution que propose le Matgénie pour une durée prolongée des routes. La présentation de ce procédé de construction d’ouvrages d’assainissement routier a eu ce 17 septembre à Yaoundé.

PHOTO MATGENIE

 

Après avoir montré les limites de l’utilisation sur nos routes, des buses métalliques, des buses en acier, des dalots qui ont l’inconvénient d’être déformable pour ce qui est des buses métalliques et très couteux pour ce qui est des dalots, le Matgénie propose pour l’entretien  et la durabilité des routes, une solution durable dans le temps. Il s’agit des tuyaux en béton armée qui ont l’avantage de n’être pas massif et faits pour que les voitures circulent sur leur dalle. Bien qu’étant couteux, il a également l’avantage d’être durable et ne laisse pas passer des fuites d’eau. Il ne présente pas de fragilité de point de liaison et ne se laisse pas facilement emporter par les eaux.

La technique que propose le Matgénie permet ainsi de travailler en charge et, le directeur général du Matgénie confirme que cette technique a déjà fait ses preuves dans la ville de Yaoundé « nous avons posé des buses en moins d’une heure dans la circulation, dans le lit du cours d’eau, sans dévier ni le cours d’eau, ni la déviation ». ABOGO Ntang Désiré ajoute que le coût de cette nouvelle technique est accessible  et moins couteux que le prix d’un dalot.

Une véritable opportunité dont devraient se saisir les maires, principaux acteurs du développement local « les communes ont un défi majeur, celui de rendre praticable la traversée des routes communales et nationales. L’un des points les plus faibles, c’est la traversée des ponts et rivières. Le Matgénie porte à notre attention une innovation majeure, les tuyaux en béton armé. Je peux vous assurer que la praticabilité immédiate, le coût réduit et la  facilité de pose, fait en sorte que les collectivités de la région du centre trouvent  en cette nouvelle approche  innovante, une solution pour la gestion de nos routes » explique le maire de yoko Annir Dieudonné. Il affirme par la suite que la commune de Yoko sera le premier client du Matgénie.

On se souvient encore que l’incident qui avait divisé la route en deux dans la localité de Manyaî, était dû au mauvais état de la route.  Les personnes qui s’étaient empressées pour emprunter le train avaient finalement été victime de la catastrophe d’Eséka.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir