• Assainissement routier
    Le Matgénie propose un procédé innoventLire l'article ...
  • Deuxième édition de la semaine des auditeurs de l'ISMP
    Pour une administration publique efficace, dynamique et productiveLire l'article ...
  • Promotion de l’entrepreneuriat féminin
    Le GFAC a son immeuble siègeLire l'article ...
  • Régionales2020
    Elecam se prépareLire l'article ...
  • 2e édition du festival international Ecran Slam
    L’association Accord parfait plante le décor Lire l'article ...
  • Comité national paralympique du Cameroun
    Le bureau exécutif adopte la direction technique nationaleLire l'article ...
  • Lutte contre le Corona virus
    plus de 90% de taux de guérison au Cameroun Lire l'article ...

 En sa qualité de président du Comité National Economique et Financier (CNEF), le ministre Louis Paul Motaze a procédé ce 25 août à Yaoundé, au lancement de la campagne de vulgarisation de la plateforme informatique dudit Comité.

PHOTO CNEF

 

7 ans après sa mise en place, le bilan de  l’utilisation de la plateforme informatique du Comité National Economique et Financier est très peu flatteur. Très peu connu du grand public, les établissements de crédit et de micro finance qui sont censés l’utilisé pour une meilleure transparence des opérations bancaires, ne respectent  toujours pas les obligations de télé-déclaration. Conséquence, certaines télé-déclarations sont erronées ou incomplètes. En outre, la consultation des données lors de l’analyse des dossiers de crédit ou de la délivrance des instruments de paiements n’est pas systématique. Voilà l’image très peu reluisante de l’utilisation de cette plateforme.

Pourtant, cet instrument mis sur pied il y a quelques années par le Comité National Economique et Financier, a pour but  de permettre au système financier national, aux personnes physiques et morales et aux établissements assujettis, de voir plus de transparence dans la prise de décision financière optimale inhérente à l’usage de la plateforme informatique du CNEF.

Dans un pays où le taux de bancarisation se situe à seulement 22,2%, la campagne de vulgarisation de la plateforme veut justement attirer l’attention de son public cible à savoir les dirigeants des établissements bancaires et de micro finance. Il s’agit concrètement d’améliorer le taux de télé déclaration des assujettis ainsi que la sincérité des données télé-déclarées ; baisser le taux de créance en souffrance des établissements de crédit et de micro finance ; restaurer la confiance dans l’usage des instruments de paiement scripturaux et corriger l’asymétrie d’information entre les prêteurs et les emprunteurs en assujettissant tout octroi de crédit et de délivrance d’instrument de paiement à la consultation préalable et systématique des données entres autres.

La campagne qui s’est ouverte, va se poursuivre dans les prochains mois à travers l’organisation des séminaires de sensibilisation et de formation, les interventions des experts dans des émissions et les publications des articles de presse.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

- POLITIQUE

- ÉCONOMIE

- SPORT

- CULTURE

- SOCIÉTÉ

- T.I.C

DIASPORA

- AFRIQUE

- INTERNATIONALE