• Bilan des élections locales
    Le satisfecit d’élections CameroonLire l'article ...
  • Lutte contre les mutilations génitales des femmes
    Le Cameroun s’investit sur l’information et la formation des adolescentsLire l'article ...
  • Double scrutin dans le Mbam et Inoubou
    Les forces vives jouent leurs dernières cartes afin d’offrir un 100% au RdpcLire l'article ...
  • 54e édition de la fête de la jeunesse
    L’apothéose est atteinteLire l'article ...
  • Législatives et municipales dans le Ndé
    Célestine Ketcha Courtès s’en sort la tête hauteLire l'article ...
  • Secteur bancaire au Cameroun
    Le climat des affaires s’amélioreLire l'article ...

Les États-Unis continueront d’utiliser l’arme des sanctions contre la corruption et l’impunité en République démocratique du Congo, a déclaré mardi l’envoyé spécial de Washington dans la région des Grands Lacs après une visite à Kinshasa, nouvelle marque du soutien appuyé de Washington envers le président Félix Tshisekedi.

RDC sanctions contre limpunité

“J’encourage le président Tshisekedi à redoubler d’efforts pour réformer et renforcer les institutions démocratiques de la RDC, et pour lutter contre la corruption”, a écrit l’envoyé spécial Peter Pham dans un communiqué.

“Nous continuerons aussi à utiliser tous les instruments, y compris les sanctions, pour nous assurer que ceux qui sont corrompus, ceux qui violent les droits humains, ceux qui mettent en danger la paix et la sécurité dans la région, ou ceux qui menacent le processus démocratique, soient tenus pour responsables de leurs actes”.

“Les Congolais exigent que leurs dirigeants politiques rompent avec le cercle vicieux de l’avidité et de l’impunité”, a-t-il insisté.

En septembre, le président Tshisekedi avait affirmé qu’il voulait changer “les mentalités” contre la corruption dans son pays, sans “règlement de comptes” et sans “fouiner” dans le passé des responsables qui sont encore aux affaires.

Proclamé vainqueur de l‘élection du 30 décembre 2018, l’ex-opposant gouverne en coalition avec les forces politiques de son prédécesseur, qui ont gardé une vaste majorité au parlement et dans les 26 provinces, d’après ces mêmes résultats officiels.

Depuis son investiture le 24 janvier, les États-Unis soutiennent à bout de bras le nouveau président, qui a été reçu dès le 4 avril à Washington par le secrétaire d’État, Mike Pompeo.

Washington est le premier contributeur financier à la lutte contre l‘épidémie d’Ebola qui a tué plus de 2.000 personnes dans l’est de la RDC depuis août 2018.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

- POLITIQUE

- ÉCONOMIE

- SPORT

- CULTURE

- SOCIÉTÉ

- T.I.C

DIASPORA

- AFRIQUE

- INTERNATIONALE