• 20e anniversaire de l’ONIGC
    Le lauréat du prix d’exellence onigc 2020 recevra une somme de 500 000 FCFALire l'article ...
  • Développement local
    Les femmes maires à l’école de la bonne gouvernance des CTDLire l'article ...
  • JIFA 2020
    Toutes unies contre la covid-19Lire l'article ...
  • Port autonome de douala
    La gestion en régie du terminal à conteneurs prorogé jusqu’en 2024 Lire l'article ...
  • 2e édition du festival international Ecran Slam
    L’association Accord parfait plante le décor Lire l'article ...
  • Comité national paralympique du Cameroun
    Le bureau exécutif adopte la direction technique nationaleLire l'article ...
  • Partenariat CMPJ-CFPAM
    445 bourses de formations offertes aux jeunes inscrits à l’ONJLire l'article ...

Le président de la commission électorale en Guinée a annoncé samedi que les élections législatives retardées depuis des mois auraient lieu le 16 février 2020.

Guinée date pour les législatives

Une telle annonce restait cependant sujette à caution.

Le même président de la commission électorale avait proposé en septembre la date du 28 décembre. L’opposition et ses représentants au sein de la commission avaient dénoncé un projet irréaliste et servant, selon elle, le projet prêté au président Alpha Condé de briguer sa propre succession en 2020.

L’Organisation internationale de la francophonie avait conclu que la date du 28 décembre était “à reconsidérer”. L’OIF est un acteur accompagnant le processus électoral, responsable de la mise en œuvre des recommandations d’un audit du fichier électoral.

Cette fois cependant, le nouveau calendrier a été adopté à l’unanimité des 16 membres de la commission présents (sur 17), a dit la commission dans un communiqué.

Cette nouvelle date est énoncée alors que la Guinée est en proie à une agitation meurtrière depuis qu’un collectif de partis d’opposition, de syndicats et de la société civile a appelé à manifester pour faire barrage à un éventuel troisième mandat du président Condé.

L’actuel Parlement est entré en fonctions en janvier 2014 pour cinq ans. Des élections devaient se tenir fin 2018 ou début 2019, mais n’ont pas eu lieu pour des raisons politiques et techniques, au milieu de querelles exacerbées entre la majorité du président Condé et l’opposition.

La mise à jour du fichier électoral s’est imposée comme un obstacle majeur. En janvier, M. Condé a prolongé le mandat du Parlement jusqu‘à l’installation d’une nouvelle législature à une date non spécifiée.

Le président de la commission Amadou Salif Kébé a indiqué que la Guinée avait acquis le matériel électoral réclamé par l’audit électoral. Quant aux listes, leur révision a commencé et les remontées sont “très réconfortantes”, a-t-il dit selon le texte de son intervention.

La commission “renouvelle sa disponibilité à organiser une élection crédible, inclusive et transparente. Le défi est certes important, cependant j’ai la conviction qu’il est bien à la portée du peuple souverain de Guinée”, a-t-il dit.

 

"Source Africa news"

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

- POLITIQUE

- ÉCONOMIE

- SPORT

- CULTURE

- SOCIÉTÉ

- T.I.C

DIASPORA

- AFRIQUE

- INTERNATIONALE