• 20e anniversaire de l’ONIGC
    Le lauréat du prix d’exellence onigc 2020 recevra une somme de 500 000 FCFALire l'article ...
  • Développement local
    Les femmes maires à l’école de la bonne gouvernance des CTDLire l'article ...
  • JIFA 2020
    Toutes unies contre la covid-19Lire l'article ...
  • Port autonome de douala
    La gestion en régie du terminal à conteneurs prorogé jusqu’en 2024 Lire l'article ...
  • 2e édition du festival international Ecran Slam
    L’association Accord parfait plante le décor Lire l'article ...
  • Comité national paralympique du Cameroun
    Le bureau exécutif adopte la direction technique nationaleLire l'article ...
  • Partenariat CMPJ-CFPAM
    445 bourses de formations offertes aux jeunes inscrits à l’ONJLire l'article ...

Le Zimbabwe a mis en circulation mardi 31 millions de dollars zimbabwéens (1,9 million de dollars) sous forme de nouveaux billets pour tenter de résorber la pénurie de liquidités qui frappe son économie en crise, a annoncé la banque centrale.

les dollars zimbabwéens

Les pénuries d’argent liquide sont telles dans le pays que les banques limitent drastiquement les retraits de liquide.

Malgré l’introduction mardi de billets de 2 et 5 dollars, les banques continuaient de limiter à 300 dollars les retraits d’argent liquide hebdomadaires, et à 100 dollars les retraits quotidiens. Une somme dérisoire quand le plein d’essence coûte 600 dollars zimbabwéens.

“Il n’y a aucune différence” avec la mise en circulation de ces nouveaux billets, a estimé Milton Mushangwe, un client frustré dans une banque. “Le montant des retraits reste le même”, a-t-il dit à l’AFP.

Au cours des six prochains mois, la banque a prévu de mettre à disposition un total d’un milliard de dollars zimbabwéens (quelque 63 millions de dollars).

Accroître la production

Progressivement, le Zimbabwe réintroduit le dollar zimbabwéen, qui avait été abandonné en 2009 quand la devise avait perdu toute valeur à cause d’une inflation vertigineuse.

Le pays avait alors adopté pour ses transactions des monnaies étrangères, comme le dollar américain et le rand sud-africain. Mais les précieux billets verts s‘étaient faits de plus en plus rares, au point d‘étrangler l‘économie.

Le gouvernement avait alors introduit en 2016 des “bonds notes”, des obligations d’Etat de la même valeur que les billets verts. Mais l’opération avait échoué. La valeur des “bonds notes” s‘était écroulée, l’inflation avait repris et causé le retour des pénuries de produits de base comme le pétrole, le sucre et la farine.

Au début de cette année, pour tenter d’assécher le marché noir, les autorités ont décidé de laisser flotter les “bond notes”. Mais l’opération a une nouvelle fois capoté, avec pour seul effet de relancer l’inflation, qui dépasse aujourd’hui les 300 %.

Le président Emmerson Mnangagwa, qui a succédé fin 2017 à Robert Mugabe au pouvoir pendant près de quatre décennies, a promis de relancer l‘économie. A ce jour, sans succès.

“On aurait dû résoudre le problème de l’inflation” avant d’introduire ces nouveaux billets, a estimé mardi un analyste, Gift Mugano. “Rien ne sera résolu quand il faudra une liasse de billets pour faire quelques courses”, a-t-il déclaré à l’AFP.

“Notre problème n’est pas la monnaie, notre problème est la production (…) A quoi vont servir (ces billets) s’il n’y a pas de production ?”, a-t-il ajouté.

L‘économie zimbabwéenne tourne au ralenti et le pays doit importer de nombreux produits de première nécessité.

 

"Source Africa news"

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

- POLITIQUE

- ÉCONOMIE

- SPORT

- CULTURE

- SOCIÉTÉ

- T.I.C

DIASPORA

- AFRIQUE

- INTERNATIONALE