• Confinement en Afrique
    Et si le Cameroun s’inspirait du Sénégal, du Nigéria et du KenyaLire l'article ...
  • Coronavirus au Cameroun
    Vers un confinement total imminent ?Lire l'article ...
  • Lutte contre le coronavirus
    Les mesures strictes prises par le Minac Lire l'article ...
  • Fonds spécial contre le Covid-19 au Cameroun
    Baba Ahmadou Danpullo offre 100 millions de FCFALire l'article ...
  • Réunion du Conseil Électoral d'Elections Cameroon
    Elecam expérimente avec succès la vidéo-conférenceLire l'article ...
  • Lutte contre le Coronavirus au Cameroun
    La société SAT-PHARMA s'équipe d'un matériel médical de pointe Lire l'article ...

Le musicien et chanteur franco-camerounais Manu Dibango est mort ce mardi 24 mars dans un hôpital près de Paris. A 86 ans, il avait été testé positif au Covid-19.

PHOTO MANU

 

Il restera dans les mémoires "Papy Groove", connu pour avoir évolué autant dans le milieu du jazz que de la pop et de la variété : Manu Dibango est mort, ce mardi, à l'âge de 86 ans, des suites du Covid-19. C'est sa famille qui l'a annoncé sur sa page Facebook officielle : "Chers parents, chers amis, chers fans, une voix s’élève au lointain… C'est avec une profonde tristesse que nous vous annonçons la disparition de Manu Dibango, notre Papy Groove, survenue le 24 mars 2020 à l'âge de 86 ans, des suites du Covid-19".

Emmanuel N'Djoké Dibango est né en 1933 à Douala, au Cameroun, où il a commencé à apprendre le chant dans une chorale et à s'initier à la musique française, américaine et cubaine, qu'il découvrait dans des disques. Arrivé en France en 1949, pour poursuivre ses études après le certificat d'études, il apprend la mandoline, puis le piano, et enfin le saxophone. 

Légende de l'afro-jazz

Au contact d'autres musiciens, rencontrés notamment en Belgique, ses influences jazz se sont mélangées aux sons africains. Ainsi, les disques qu'il enregistre dans le premier orchestre où il est engagé se vendent très bien en Afrique et l'emmènent en tournée en Afrique : au Cameroun, il ouvre plusieurs clubs de jazz, mais doit revenir en France en 1965 pendant la guerre civile camerounaise. 

C'est en 1967 que Manu Dibango prend les rênes de son premier big band, qui se produit sur des plateaux d'émissions de variété, où il rencontre des artistes comme Dick Rivers ou Nino Ferrer, qui l'engage comme chef d'orchestre. En parallèle, il signe de nouveaux succès en Europe, avec l'album Saxy Party en 1969, mais surtout avec le titre "Soul Makossa" qui lui permet de partir en tournée aux États-Unis.

L’histoire du soul makossa

Avec "Soul Makossa", Manu Dibango a conquis la planète. C'est en effet ce tube, sorti en 1972, qui permet au musicien franco-camerounais de se faire connaître à l'international. A l'origine, cette chanson n'était que la face B d'un 45 tour, porté par un tout autre titre qui doit devenir l'hymne de la Coupe d’ Afrique des Nations de football. L'artiste avait en effet sollicité le ministre des Sports du Cameroun pour enregistrer une chanson en soutien à l'équipe nationale. Mais ce n'est pas la chanson prévue que l'on retiendra : "Soul Makossa" s'écoulera à 50 000 exemplaires en France et fera exploser la notoriété de Manu Dibango.

Jusqu'aux Etats-Unis, ou plusieurs artistes s'emparent de la mélodie, notamment Michael Jackson et son "Wanna Be Starting Something", que le musicien camerounais accusera de plagiat. Dans les années 80, le litige se serait terminé par un accord financier entre les deux hommes. Plusieurs années plus tard, en 2009, c'est la chanteuse Rihanna qui sample le "Soul Makossa" de Manu Dibango pour son titre "Don't Stop The Music".

Samplé par Michael Jackson

Ce titre a valu à Manu Dibango la plus grande controverse de sa carrière : le titre est "samplé" par Michael Jackson, sans autorisation préalable, dans le titre "Wanna be starting something". En 1986, les deux artistes arrivent à un accord financier. C'était sans compter sur la sortie, en 2007, d'un remix de la chanson - sur lequel Manu Dibango n'est toujours pas crédité - et surtout d'un autre tube, "Don't stop the music", de Rihanna, qui sample à son tour le titre de Michael Jackson, et donc celui de Manu Dibango. Piégé par l'accord financier réglé à la fin des années 80, l'artiste n'a rien obtenu et a été débouté de toutes ses plaintes. 

En 1992, il supervise l'album à succès "Wakafrika", compilation de succès africains enregistrés avec d'autres artistes du continent, tous pays confondus. 

Légende de l'afro-jazz, considéré par beaucoup comme une influence incontournable dans le rythm and blues (ce qui lui a valu son surnom de "papa groove" puis "papy groove"), il a été à l'honneur de nombreux festivals de jazz et événements musicaux et fait chevalier de la Légion d'honneur en 2010. En 2019, il avait donné un concert exceptionnel au Grand Rex, accompagné d'un orchestre symphonique. 

Une vie de concert

Le musicien et chanteur franco-camerounais Man Dibango laisse derrière lui une carrière immense "dirigée par la passion", comme il l'expliquait au micro de la radio RFI dernièrement. Et jusqu'au 17 octobre dernier, Manu Dibango, infatigable et saxophone à la main, célébrait ses 60 ans de carrière sur la scène du Grand Rex de Paris, accompagné par l'Orchestre Lamoureux. Cette année, le saxophoniste et chanteur devait remonter sur scène en Martinique dès ce 17 avril. En plus de sa vie de musique et de concerts, Manu Dibango s'était engagé en 2018 aux côtés de Juliette Binoche en signant une tribune contre le réchauffement climatique, intitulée "Le plus grand défi de l'histoire de l'humanité", publiée en Une du Monde.

Les obsèques du musicien auront lieu dans l'intimité, confinement oblige, mais ses proches promettent qu'un hommage lui sera rendu après la période de confinement. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

- POLITIQUE

- ÉCONOMIE

- SPORT

- CULTURE

- SOCIÉTÉ

- T.I.C

DIASPORA

- AFRIQUE

- INTERNATIONALE