• 4e édition de « the corporate awards »
    FabAfrique reconnait Nestlé Cameroun comme meilleure entreprise en matière de responsabilité sociale en 2019Lire l'article ...
  • Routes Ebolowa-Akom II Kribi, entrée Est de Douala
    Le Mintp signe deux contrats commerciaux avec ICM Spa et MAGIL construction corporation groupLire l'article ...
  • Musée national
    Le personnel siège pour un meilleur rayonnement des activités de l’institutionLire l'article ...
  • Bambou et rotin
    Le bureau régional d’INBAR inauguré à YaoundéLire l'article ...
  • Marquage sanitaire graphique
    Encore des efforts pour une mise en œuvre complète Lire l'article ...
  • Phase 2 de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen
    Le Minhdu signe le contrat avec l’entreprise chinoise CCCC Lire l'article ...
  • Ministère de l’Eau et de l’énergie
    Un budget de 244 milliards pour les objectifs de 2020Lire l'article ...
  • Réseau des Princesses et Reines-Mères du Ndé
    Célestine Ketcha Courtès met en place l’organisationLire l'article ...

Les professeurs Eric Mathias OWONA NGUINI et Jean Emmanuel PONDI ont entretenu les hommes de culture ce 11 septembre sous le thème « enjeux, défis et perspectives de regroupement des artistes et hommes de culture en pôles d’expression artistiques et culturelle ». Une conférence qui est sans doute la première de la rentrée culturelle et artistique nationale.

photo conférence recan

 

Lorsque le professeur Dieudonné PONDOMA parle de la concentration horizontale et verticale en économie, c’est pour montrer la manière dont les entreprises peuvent se regrouper pour contrôler le marché au niveau des fournisseurs, des clients et pour obtenir des gains communs. Cette réalité qui a toujours eu des retombés positifs dans le domaine économique, pourrait selon lui s’appliquer dans le domaine culturel fort marqué par une diversité d’identités culturelles, qui constitue en fait l’identité culturelle du Cameroun. Or, s’il est vrai que l’adage selon lequel « l’union fait la force » a toujours fonctionné, les artistes camerounais devraient alors tout faire pour sortir de l’isolement et de l’individualisme dans lequel, ils fonctionnent car comme le disait Martin Luther King le 31 mars 1968, « nous devons apprendre à vivre comme des frères, sinon nous allons tous mourir ensemble comme des idiots ».


L’urgence d’une reconstruction des artistes est donc la clé du développement de ce secteur et devrait contribuer au développement du PIB du Cameroun. Selon l’imminent professeur, la culture française contribue de l’ordre de 3,2% à son économie. Ce qui devrait déjà être le cas au Cameroun où la diversité culturelle n’est plus à démontrer.

photo conférence recan2


Dans ce sens, Eric Mathias OWONA NGUINI insiste sur la nécessité à mettre sur pied des lieux de convergence (instituts nationales de culture). Pour Jean Emmanuel PONDI, il y a des produits qui peuvent faire asseoir les arts et la culture au Cameroun. Il parle là, du rôle de la musique, des humoristes, des auteurs d’ouvrage et de l’art culinaire, qui de par leur diversité, consolident le brassage culturelle. De toutes ses propositions, il a mentionné le fait de présenter des contenus purement culturels dans des chaines telles que CRTV culture qui prendra effet prochainement. Il faut travailler nos attitudes notamment sur la capacité à écouter l’autre et à être humble. Enfin, le ministère des arts et de la culture doit créer dans chaque région, des maisons nationales de la culture.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

- POLITIQUE

- ÉCONOMIE

- SPORT

- CULTURE

- SOCIÉTÉ

- T.I.C

DIASPORA

- AFRIQUE

- INTERNATIONALE