• 4e édition de « the corporate awards »
    FabAfrique reconnait Nestlé Cameroun comme meilleure entreprise en matière de responsabilité sociale en 2019Lire l'article ...
  • Routes Ebolowa-Akom II Kribi, entrée Est de Douala
    Le Mintp signe deux contrats commerciaux avec ICM Spa et MAGIL construction corporation groupLire l'article ...
  • Musée national
    Le personnel siège pour un meilleur rayonnement des activités de l’institutionLire l'article ...
  • Bambou et rotin
    Le bureau régional d’INBAR inauguré à YaoundéLire l'article ...
  • Marquage sanitaire graphique
    Encore des efforts pour une mise en œuvre complète Lire l'article ...
  • Phase 2 de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen
    Le Minhdu signe le contrat avec l’entreprise chinoise CCCC Lire l'article ...
  • Ministère de l’Eau et de l’énergie
    Un budget de 244 milliards pour les objectifs de 2020Lire l'article ...
  • Réseau des Princesses et Reines-Mères du Ndé
    Célestine Ketcha Courtès met en place l’organisationLire l'article ...

Alamine Ousmane Mey, a procédé  ce 28 octobre, avec le directeur général du  bureau  Afrique central de la banque africaine de développement, Ousmane doré, à  la signature de l’accord prêt  d’un montant de 12 milliards de FCFA, destiné au financement partiel de la route nationale numéro 11 ring road dans la région du nord-ouest.

 

PHOTO MINEPAT

 

Cette première tranche de financement d’un montant global de 167 milliards,  permettra au gouvernement  camerounais de conduire à terme les études techniques nécessaires à l’exécution des travaux de bitumage de cet axe routier. La BAD a contribué au financement de 27 opérations dans le secteur des transports depuis 1972. Le présent  projet qui s’inscrit dans la continuité des financements antérieurs de la banque dans les régions en crise. Pour le cas d’espèce, il s’agit à travers ces fonds, d’aménager les tronçons Melong-Tchang, Kumba-Mamfé, Bamenda-Mamfé-Ekok-frontière du Nigéria achevé, et qui sera  par la construction du pont sur la cross river en cours d’exécution « le portefeuille de plus de 1340 milliards, couvrant 30 projets stratégiques dans notre pays. Ces projets sont dans plusieurs secteurs, notamment le secteur des infrastructures, un des piliers de notre programme de développement, soutenu par le DSCE, occupe une place essentielle. Il s’agit pour le Cameroun de renforcer son intégration, désenclaver les bassins de production et surtout diversifier son économie » explique le Minepat Alamine Ousmane Mey.

Après avoir réalisé le tronçon Bamenda-Inugu, la ring-road, en plus de désenclaver cinq départements sur sept dans la région du nord-ouest, permet de relier cette partie du Cameroun au Nigéria, ce qui crée un pont entre la CEMAC, la CEEAC et les pays de l’Afrique de l’Ouest. Ceci va permettre d’offrir des opportunités économiques à la population.

Le potentiel économique immense de cette région, va être davantage exploité à travers l’agriculture beaucoup plus intensive, un échange commercial beaucoup plus renforcé et des revenus beaucoup plus importants.  Le financement de la première phase de la ring-road a donc été signé. Il porte sur les études techniques. « Cette phase sera très rapidement suivi par le financement de la construction. Au total, c’est un projet de 167 milliards de fcfa qui bénéficie du soutien de  la banque africaine de développement » ajoute le Minepat.

Le conseil d’administration de la BAD qui va se tenir au mois de novembre prochain, va statuer sur la seconde phase. Le programme de développement voulu par le chef de l’état se met progressivement en marche.

Le  Cameroun en posture d’intégrateur

Le joue dans plusieurs projets le rôle d’intégrateur pas seulement au niveau de la CEMAC, mais aussi au niveau des régions Afrique de l’Ouest et Afrique centrale certainement avec une ouverture immense sur le Nigéria voisin, qui, à travers sa population, constitue un marché immense avec lequel le Cameroun pourrait davantage développer ses échanges. Ceci favorise plus de commerce, plus de développement et plus de résilience car, le Cameroun est relié à plusieurs autres pays. Le présent programme est donc en étroite ligne avec les objectifs fixés pour le secteur des transports par le DSCE 2010-2020, à savoir, bâtir à moindre coût, un réseau de transport intégré, performant, quadrillant tout l’espace national et résolument tourné vers les pays voisins afin de contribuer efficacement à la croissance économique et à la lutte contre la pauvreté.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

- POLITIQUE

- ÉCONOMIE

- SPORT

- CULTURE

- SOCIÉTÉ

- T.I.C

DIASPORA

- AFRIQUE

- INTERNATIONALE